Journée favorite des accros du magasinage, le Vendredi Noir (appelé aussi «Vendredi fou» chez nous, au Québec) est une « tradition » qui nous vient de nos voisins d’en bas, les Américains. Cette journée est en fait le lendemain de l’Action de grâce et est vue comme le premier jour pour les achats de fin d’année. Pour cette journée, de nombreux commerçants offrent des rabais inédits aux consommateurs.

En 2014, aux États-Unis, les ventes du Vendredi noir ont atteint 50,9 milliards de dollars. Impressionnant. Mais c’est 11 % de moins que l’année précédente.

Au Québec, cette fameuse journée gagne du terrain et de nombreux commerçants se prêtent au jeu en proposant aux Québécois et aux Québécoises des rabais, parfois très attrayants. Cependant, le phénomène ayant pris naissance aux États-Unis et étant bien ancré dans les gênes des Américains, le phénomène du vendredi a plus d’ampleur et provoque beaucoup plus d’enthousiasme chez nos voisins du Sud.

Vous êtes un adepte des aubaines et vous vous demandez si ce ne serait pas plus avantageux de traverser la frontière pour satisfaire votre âme d’« accro des soldes » lors de cette fameuse journée suivant l’Action de grâce? Bonne question.

L’engouement autour du vendredi noir étant plutôt « jeune » au Canada et au Québec, il est normal de trouver des rabais plus alléchants de l’autre côté de la frontière. Notez toutefois que nos voisins du Sud sont beaucoup (beaucoup) plus nombreux à s’agglutiner devant les magasins en ce Black Friday et à les envahir en oubliant les règles de courtoisie et de politesse et en n’hésitant pas à bousculer toute personne les empêchant de mener à bien leur quête d’aubaines. Soyez donc prudents si vous décidez de passer cette journée avec les « Ricains ».

De nombreux sites Web américains, comme Amazon ou EBay proposent aux consommateurs virtuels des rabais très intéressants, le tout dans le confort de votre foyer à l’abri des bousculades et des foules en délire. Pensez-y.

Bon vendredi noir !